Enseignement supérieur, recherche et Europe

Session du 28 mars 2013

La session s'est ouverte sur un débat autour de l'élaboration d'un schéma régional de l'enseignement supérieur et de la vie étudiante en présence de Jacques Fontanille (conseiller de la Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche), Loïc Vaillant (président du PRES « Centre Val de Loire ») et Didier Marquis (président du Groupe INSA).

Ce débat nous a permis de dessiner des perspectives comme l'implication des étudiants dans l'élaboration des cursus, l'intégration des questions de logements, d'alimentation, d'accès aux soins, de transports pour permettre la réussite éducative... Mais aussi d'exprimer des inquiétudes sur la concentration des formations sur 2 sites universitaires, la prise en compte de la dimension interrégionale ou les rapprochements nécessaires entre universités et grandes écoles.

Dans un second dossier il était proposé d'effectuer un choix de programmation sur l'appel à manifestation d'intérêt Ambition Recherche Dévelopement 2020. Nous avons exprimé quelques réserves sur le principe de s'engager dès aujourd'hui dans la sélection formelle de 2 projets (sur 4), ce qui a donné lieu à un amendement de notre groupe.

L'Europe a été le deuxième grand thème de la journée, principalement avec une communication sur la Politique européenne de cohésion 2014-2020. Celle-ci représente un enjeu important pour la période à venir qui s'étendra bien au-delà du mandat régional actuel. Plus la planification sera pertinente, plus le programme opérationnel sera orienté sur des enjeux d'avenir pour les projets à développer dans notre région jusqu'en 2020 : efficacité énergétique, transformation écologique de l'économie, développement rural...
La communication Parcours d'Europe a aussi permis d'aborder les questions européennes sous un autre angle, celui de la mobilité européenne des jeunes.

En fin de journée, le groupe écologistes a été à l'initiative de 2 voeux, l'un défendant la ligne Paris-Orléans-Limoges-Toulouse et le second en opposition au projet de pôle bois ERSCIA. Le premier a pu être adopté, après intégration d'un amendement du groupe PCFG, par les groupes de la majorité. L'opposition, dans un esprit sectaire, n'a pas voulu s'associer à ce soutien au POLT, le groupe UMP/UDI s'est abstenu et le groupe FN a refusé de participer au vote.

Communication : élaboration d'un Schéma Régional de l'enseignement supérieur et de la vie étudiante

Voir le document

Schéma Régional de l'enseignement supérieur et de la vie étudiante

"La réussite éducative va au-delà des notes et des diplômes, elle doit intégrer les questions de logement, de soins, d’alimentation, de transports etc. C’est pourquoi, les écologistes pensent l’Université dans des éco-campus intégrés à la Cité."

Lire l'intervention de Moïsette Crosnier

Schéma Régional de l'enseignement supérieur et de la vie étudiante

"3842 étudiants sont en filières sanitaires (infirmières, sage femme, cadre de santé) et 1000 étudiants des filières sociales, seulement voilà, force est de constater que ces étudiants ne bénéficient pas des offres des services de médecine universitaire préventive des universités de notre région."

Lire l'intervention de Saadika Harchi

Schéma Régional de l'enseignement supérieur et de la vie étudiante

"Je souhaite en effet que ne soit pas présentée comme une évidence qui ne mériterait pas discussion la concentration annoncée des formations longues dans les deux sites universitaires d’Orléans et de Tours. Même si il a été ajouté concentration «pour l’essentiel» je veux ici témoigner de l’inquiétude que suscite cette orientation et rappeler quels sont les principaux arguments favorables aux antennes universitaires décentralisées."

Lire l'intervention de Jean Delavergne

Schéma Régional de l'enseignement supérieur et de la vie étudiante

"Dans la partie ouest de l’Eure-et-Loir, c’est-à-dire dans le Perche, autour de Nogent-le-Rotrou, les jeunes gens vont faire leurs études à Tours, mais ils sont peut-être aussi nombreux à faire leurs études à l’Université du Mans, beaucoup plus proche (une soixantaine de kilomètres)."

Lire l'intervention de Karim Laanaya

Rapport Appel à manifestation d'intérêt : Ambition Recherche Développement 2020 : proposition de choix de programmation

Lire le rapport

Appel à manifestation d'intérêt : Ambition Recherche Développement 2020

"Pour nous aucun des 4 projets n’est réellement et suffisamment abouti au regard des financements particulièrement importants que nous allons engager dans la période de très forte incertitude budgétaire des années à venir. Rappelons que, dans cette démarche, c’est un engagement financier de l’ordre de 30 millions d’euros à l’horizon 2020 que nous allons prendre. J’ai bien compris qu’un comité de suivi particulièrement attentif au respect du cahier des charges sera mis en place. Mais est-ce suffisant pour s’engager dès maintenant ?"

Lire l'intervention de Moïsette Crosnier

Appel à manifestation d'intérêt : Ambition Recherche Développement 2020

"Je m’attarderai plus particulièrement sur le projet sur l’intelligence des patrimoines qui a trait directement avec mes délégations. Concernant ce projet, nous ne pouvons que nous réjouir de la thématique du projet qui nous apparaît tout à fait pertinente et porteuse d’avenir. "

Lire l'intervention de Pascale Rossler

Présentation de l'amendement : Appel à manifestation d'intérêt : Ambition Recherche Développement 2020

"Notre groupe souscrit à l’ambition de la Région qui, en lançant cet appel à manifestation d’intérêt, vise à faire émerger des pôles de recherche et développement d’envergure internationale capables de porter à terme une dynamique forte de développement socio-économique régional. Et nul n’ignore qu’une telle ambition demande un travail de longue haleine sans qu’on puisse jamais être sûr du résultat. "

Lire la présentation de l'amendement par Gilles Deguet

Amendement Appel à manifestation d'intérêt : Ambition Recherche Développement 2020

Voir le texte de l'amendement

Communication Parcours d'Europe : favoriser la mobilité européenne des jeunes

Voir la communication

Parcours d'Europe : favoriser la mobilité européenne des jeunes

"il est indéniable qu’offrir la possibilité matérielle à des milliers de jeunes de notre région de se rendre pendant quelques jours dans un pays d’Europe incarne une volonté politique éducative. Qu’il s’agisse des élu(e)s qui siègent ici ou des représentants du CESER, nous ne pouvons que nous réjouir de la mise en place et du maintien de ces dispositifs, qui sont autant de premières pierres dans la construction d’une intelligence collective basée sur la connaissance des autres, de nos différences en tant que richesses, dans une Europe souvent mal perçue."

Lire l'intervention de Chantal Rebout

Parcours d'Europe : favoriser la mobilité européenne des jeunes

"En cette année 2013, année européenne des citoyens, notre région continue son engagement pour faire vivre l’Europe en région Centre. C’est essentiel, beaucoup ici ont évoqué à l’occasion de notre débat, la nécessité de renforcer la démocratie européenne, cela passe bien sur également par les élections européennes qui se tiendront dans un an le 25 mai 2014."

Lire l'intervention de Christophe Rossignol

Communication "Politique européenne de cohésion 2014-2020"

Voir le document

Politique européenne de cohésion 2014-2020

"L’Europe va mal Lorsqu’en février le sommet des chefs d’état s’est mis d’accord sur le budget européen des 7 prochaines années, il n’a pas seulement marqué une rupture en adoptant le premier budget en baisse de l’union, il a surtout fait prévaloir une somme d’intérêts particuliers et d’intérêts de lobbies, en enterrant toute vision d’avenir pour le continent. Le vote de rejet de ce budget que vient d’émettre très majoritairement le parlement européen marque un sursaut salutaire, même s’il est limité puisqu’il ne remet pas en cause l’enveloppe globale. Espérons que le parlement tiendra bon dans la négociation,qui s’ouvre avec les chefs d’état."

Lire l'intervention de Gilles Deguet

Politique européenne de cohésion 2014-2020

"Selon la commission européenne, les trois principales priorités pour redresser la compétitivité et l’économie française concernent l’intensité de R&D et d’innovation, les fonctionnement du marché du travail et l’utilisation durable des ressource notamment naturelles, dont la mise en œuvre suppose une action coordonnée et rapide. Et comme demandé par l’ONU à Nagoya, l’Europe a élaboré une stratégie pour la biodiversité en 2011."

Lire l'intervention de Pascale Rossler

Voeu relatif à la défense du Paris-Orléans-Limoges-Toulouse

Lire le voeu

Voeu Non au pôle bois ERSCIA, aberration écologique

Lire le voeu